| English   

La beauté et la chirurgie plastique: La sécurité d’abord!

La Société internationale de chirurgie esthétique et plastique a récemment publié les statistiques complètes des procédures pratiquées en 2013 à l’échelle mondiale. Les données recueillies indiquent des tendances intéressantes.

Plus de 23 millions de procédures, chirurgicales et non chirurgicales, ont été pratiquées mondialement. Le Canada se place au 15e rang pour le nombre de procédures effectuées par pays avec un total approximatif de 345 000 pour l’ensemble de son territoire.

L’opinion internationale concernant le Botox est unanime et sans l’ombre d’une ride. Il s’agit du procédé le plus populaire mondialement avec plus de 5 millions d’interventions. La deuxième procédure en importance est l’augmentation mammaire,  l’intervention chirurgicale la plus populaire, mais loin derrière les injections de Botox avec moins de 2 millions d’interventions répertoriées.

L’importance des chiffres

Les statistiques démontrent que la popularité des procédures esthétiques, tant chirurgicales que non chirurgicales, est à la hausse et le nombre de médecins qui offrent ce type de services est lui aussi en augmentation.

Cette situation engendre donc la problématique suivante : face à tant de diversité, trouver le professionnel qui convient le mieux à vos besoins peut s’avérer un véritable casse-tête. La majorité des résultats insatisfaisants sont le fruit d’interventions qui n’ont pas été effectuées par le spécialiste adéquat.

Le Botox, le plus populaire des traitements, est un bon exemple de procédure pratiquée à l’extérieur du traditionnel cabinet du plasticien. Au Canada, les médecins généralistes (MG) peuvent administrer des injections de Botox dans le traitement préventif contre les migraines. Cependant, je déconseillerais vivement de faire appel à un MG pour des injections visant à éliminer des pattes d’oie ou les rides entre les sourcils. Pourquoi? C’est une question de spécialisation. Un MG est formé pour agir sur les muscles qui causent les migraines mais ne possède pas les connaissances approfondies du plasticien quant à la complexité des muscles du visage.

Faites vos recherches

Comprendre votre intervention est une chose et connaître votre médecin en est une toute autre. Faites des recherches sur la procédure mais aussi sur les qualifications et spécialisations de votre médecin.

«Quelles sont vos qualifications?»

Ne prenez rien pour acquis et demandez-le. Au Canada, les plasticiens devraient détenir un ou plusieurs des titres de compétences suivants :

Certificat de spécialiste, American Board of Plastic Surgery;

Certification du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada en chirurgie plastique;

Membre de la Société canadienne des chirurgiens plasticiens

– Ceci indique que la certification du Collège royal des médecins et chirurgiens ou du Collège des Médecins du Québec comprend une spécialisation en chirurgie plastique;

4. Membre de la Société canadienne de chirurgie plastique et esthétique

– Une sous-division de la Société canadienne des chirurgiens plasticiens qui se spécialise dans la chirurgie esthétique.

«Quelle formation spécifique avez-vous en lien avec mon intervention et combien de procédures semblables avez-vous effectuées?» Car vous ne voulez pas un chirurgien qui n’a qu’une formation du weekend à son actif.

«Quelles sont les étapes spécifiques à mon intervention?»  Cela comprend le sujet de ce qui est retiré de votre corps, ou ce qui y est ajouté (implants mammaires, Botox, lipoplastie). C’est votre corps et vous devriez bien comprendre ce qui y entre et ce qui en sort.

«Quels sont les risques et complications potentiels?»

Aucune intervention ne représente vraiment «zéro risque» et quiconque vous affirmant le contraire devrait soulever votre suspicion. Prendre une décision éclairée implique une compréhension des risques et il est essentiel que votre chirurgien soit en mesure de bien vous informer sur les implications de votre intervention.

«À quoi dois-je m’attendre après l’intervention?»

Le processus de guérison comprend une série de modifications de l’apparence de votre corps, telles que des enflures et/ou hématomes, et il est primordial de comprendre non seulement le rôle du chirurgien, mais aussi vos responsabilités dans les soins postopératoires afin d’obtenir les résultats désirés.

«Quelles sont vos politiques de révision?»

Qu’advient-il dans le cas où les résultats ne seraient pas satisfaisants? Demandez à votre chirurgien quels sont les choix qui s’offrent à vous après l’intervention. Par exemple :

«Quels sont les frais encourus pour une révision ou des retouches postopératoires?»

«Quel est le temps d’attente avant une révision?»

Ces questions, valables pour tous les types d’interventions, gravitent autour de la question la plus importante que vous devriez vous poser : quelle est la valeur de ma santé? Je comprends que nous cherchons à économiser temps et argent, mais trouver la meilleure affaire ne devrait pas être une priorité lorsqu’il s’agit de votre santé et de votre sécurité. Choisissez un médecin qui comprend vos besoins et qui effectuera une intervention dans un environnement sécuritaire. N’oubliez pas : la sécurité d’abord!

Dr. Karl Schwarz